165501_178280572203104_2948135_nQu’est-ce qui m’a amenée à l’Art ?

Etre née à l’Ile de Ré est en soi une réponse : l’isolement , face à l’Océan , à l’Infini ; le silence, les tempêtes ; 60 ans après… ces éléments restent ma première source d’inspiration devant la toile blanche !

Pourtant cette île , je l’ai quittée dès l’âge de 3 ans : nous faisons, de mutations en mutations professionnelles paternelles, le tour de la France : la frontière italienne, la montagne, la Bretagne, puis La Rochelle , pour nous rapprocher le plus près possible de cette île, natale, fondamentale …

Des parents îliens mais voyageurs sont une 2ème réponse : un père surtout qui a essuyé l’Indochine , un père idéaliste qui a connu l’ailleurs , on refait souvent le Monde à la table familiale.

C’est le théâtre que je choisis à 20 ans comme premier terrain d’expression, passionnée de Molière, Tchékov, Shakespeare, Genêt, Camus .

Et c’est pendant 20 ans que je traverse mon Odyssée culturelle et artistique à Paris : le décor peint mural devient progressivement mon second métier .

Quand au tournant des 40 ans je reviens sur mon île, c’est l’heure de venir y installer mon atelier de création, de décoration et d’enseignement.

Les murs de cette belle demeure ancestrale typiquement rétaise sont propices à accueillir des toiles  peintes, et des élèves.

MOI

Cheminement artistique :

Le décor peint, le trompe-l’œil mural exigent nécessairement une facture réaliste, hyper-réaliste , qui ont une forte incidence sur ma peinture de chevalet : mes 1ères natures mortes, mes portraits, mes paysages sont très imprégnés des techniques de glacis à l’ancienne, que je continue d’affectionner et d’enseigner :

L’Océan est un prétexte idéal pour chercher les transparences des déferlantes

J’aime peindre les grands espaces, j’aime tout autant peindre l’infiniment petit, j’aime peindre l’humain , quand il s’évade et s’élève, par la danse notamment.

Et quand je peins abstrait c’est encore inspirée de ces grands espaces, ces lointains, ces Ailleurs alors bien sûr que le Réel est mon  support, parce que mon tremplin pour voir plus loin, plus profond.